AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aurore A. De Saint-Faye { Admine

Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore A. de Saint-Faye
Admin
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 26
Localisation : Certainement loin de toi.

Identity Card
Etudes || Emploi: Psychologie
Capacité Spéciale:
Relations:

MessageSujet: Aurore A. De Saint-Faye { Admine   Dim 10 Mai - 14:12


Doutzen Kroes


      Identité


    Prénom(s) : Aurore, Ange
    Nom : De Saint-Faye
    Âge : 110 ans, 18 lors de sa transformation.
    Date et Lieu de naissance : 28 août 1870, à Paris.
    Profession : Etudiante en Psychologique.
    Situation personnelle : Célibataire.
    Nationalité :


« Parlez-moi un peu de vous ... »

Description Psychologique :
    Description Physique :
« Mystère et froideur, il paraît que ce sont les mots parfaits pour me décrire, enfin, c'est ce que disent les humains. Je ne suis pas très sociable, c'est certain, et je me protège de tout lien grâce à la distance que je met entre moi et ceux qui tentent une approche, la perfection, ça en attire pas mal, mais lorsqu'elle est accompagnée d'une attitude glaciale, ça en rebute quelques uns, ainsi suis-je souvent seule, mais en même temps, je fais un peu tout pour. Compliquée, lunatique, parfois impulsive, il faut bien l'avouer, je ne suis pas dotée que de qualités, mais essayez de passer une éternité à n'avoir qu'une envie, celle de tuer, sans en avoir le droit.. Je ne veux pas devenir un monstre, mais apparemment je suis destinée à ne jamais résister à l'appel du sang. Je ne parle pas à grand monde, mon humeur changeante m'entraînant trop souvent dans des attitudes que je dois à tout prix éviter, la séduction et l'envoûtement ne sont pas le meilleur moyen de se faire discrète, et je risquerais d'attirer des ennemis dans la gente féminine. Oui, je peux me montrer douce et compréhensive, généreuse et adorable, je peux être la femme parfaite pour un homme, quel qu'il soit, car je sais m'adapter, mais je ne le veux pas. Il serait trop risquer de m'attacher, que se passerait-il si je craquais ? Si je venais à me délecter du sang d'un ami, d'un amour même ? Dangeureuse, quelque part je dois l'être, mais ma détermination me permet de rester à bonne distance, du moins la plupart du temps.. Une chose à savoir ? N'attirez pas ma colère, car si je peux faire de votre vie un rêve, je peux également la changer en Enfers.. »

    « Vous savez ce qu'est la perfection ? Cette horrible sensation de n'avoir aucun défaut ? Pour mon père j'ai toujours été parfaite, et aujourd'hui, je le suis bien trop à mon goût, à celui des autres filles également, et je crois que je les comprend. La chevelure d'or, ondulée, que je tiens de ma mère, à de quoi faire jalouser les plus grands tops modèles tant elle semble douce et dénuée de défaut, tout comme mon visage à la forme fine et agréable.. Mes lèvres ? Ah ! Vous êtes forcément un homme pour vous pencher sur ce genre de choses.. Imaginez une pomme rouge que vous rêvez de croquer, cela devrait s'en rapprocher grandement, enfin, chacun ses goûts n'est-ce pas ? Mes yeux. Oh, mes yeux sont toute une histoire, ils devraient avoir pris la couleur or qu'ont ceux des vampires habituellement, mais non, ils devaient être trop accrochés au bleu océan dont ils sont ornés depuis ma naissance, un regard que je tiens de mon père et qui reflète, comme une faiblesse, mon âme toute entière. Quant à mon corps.. Il rendrait folle de rage n'importe quel femme, des formes agréables, bien placée et admirable, m'a dit un homme, un jour.. Il est mort le soir même, le malheureux. Une description trop parfaite pour être vraie ? Mais je ne suis pas « vraie » comme vous dites, je devrais être morte depuis des années.. »



« Cacheriez-vous quelques chose ? »

Dans votre tête ...
    Pour les « cas particuliers » ...
Vos désirs actuels : Eviter une tuerie accidentelle, ça compte ?
Vos peurs enfouies : Elle-même, et c'est déjà pas mal.
Votre rêve : Retrouver l'humanité.
Vos plus grands secrets : Quelques meurtres, mais c'était pas volontaire, hein !


    Votre nature : (Vampire, Modificateurs, Chasseur, Être humain)
    Groupe souhaité : Vampires Végétariens
    Votre pouvoir :
    Télékinésie : Capacité à déplacer les objets selon sa volonté, elle parvient parfois à détourner certaines attaques, son don agissant sur les molécules.


« Racontez-moi tout ... »


      Histoire

    Racontez l'histoire de votre personnage, sous forme d'un récit ou d'un Rp, à votre guise. Cela dit, elle devra comporter les éléments de son enfance, l'adolescence, voir la majorité, la découverte (s'il y a lieu) du monde « paranormal », l'entrée à l'université pour les étudiant, etc … Veillez à respecter cohérence et logique avec le contexte du forum et à ne pas aller à son encontre. Sachez que l'histoire se passe en 2009. Dans l'idéal, nous sommes actuellement au mois de Septembre, la rentrée à l'université est passée depuis deux semaines. Un minimum d'une vingtaine de lignes est imposé. Bonne chance !


« Dites-moi qui sont ces gens ... »

    Vos liens :

    # James C. O'Bryan : Le créateur de la jeune femme, lorsqu'elle était en vie, il fut son prétendant le plus sérieux, et rapidement son promit, à son plus grand malheur. Alors qu'elle manque mourir, il la transforme, depuis il est un peu tout ce qu'il lui reste, mais définir leur relation reste compliqué.
    # William E. Gregor : Aurore s'en méfie, elle ne sait pas pourquoi, mais cet homme ne lui inspire pas la plus grande amitié, peut-être simplement parce qu'elle le trouve trop proche de James, elle ignore qu'il est un peu de « sa famille », peut-être que les relations s'amélioreront par la suite.
    # Castiel A. Etherson : Son odeur n'est pas pour déplaire à la demoiselle, bien au contraire, et résister au fait de le croquer s'avère assez difficile, mais elle n'est pas folle, c'est un chasseur et pas n'importe lequel, ainsi préfère-t-elle l'observer pendant des heures plutôt que de l'approcher.

    [/u]
« Tiens ! Il y a quelqu'un derrière l'écran ! »
    [u]Prénom ou Pseudo : Secret
    Âge : 16 ans.
    Découverte du forum : Bah, j'l'ai un peu crée en fait.
    Fille ou Garçon ? : Fille.
    Disponibilités : 7/7, si je peux Smile
    Commentaires - Suggestions : Pas que je sache Razz
    Autre chose à rajouter ? : Oui, cherches toi même !



Dernière édition par Aurore A. de Saint-Faye le Dim 10 Mai - 18:45, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-sacrifice.kanak.fr
Aurore A. de Saint-Faye
Admin
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 26
Localisation : Certainement loin de toi.

Identity Card
Etudes || Emploi: Psychologie
Capacité Spéciale:
Relations:

MessageSujet: Re: Aurore A. De Saint-Faye { Admine   Dim 10 Mai - 14:37

« J'ai pas choisi, de naître ici..»
    « Mon histoire ? Pourquoi devrais-je donc vous la raconter ? Je ne suis pas là pour occuper vos heures d'ennui, vous savez ? N'insistez pas ou vous risquez de le regretter. Pourquoi ? Parce que nul n'est censé la connaître, et il serait regrettable que votre Mort constitue la fin de ce récit.. Cela ne vous fait pas peur ? Très bien, mais je vous avertis, je suis bien plus âgée que vous ne le pensez et je crains que vous puissiez vous ennuyer. Sûr de vous ? Très bien, mais cessez donc vos interrogation, et par pitié, ne m'interrompez pas, je pourrais changer d'avis. Par ou vais-je commencer ? Ma naissance peut-être, oui, c'est sûrement mieux..

    Je vis le jour en 1870, un 28 août plus précisément, dans l'honorable – ou presque- famille De Saint-Faye, des aristocrates dont la noble réputation n'était plus à faire, ainsi, lorsque j'ouvris les yeux au monde pour la première fois, je fus traitée comme une véritable princesse. C'est ma mère qui choisi mon prénom, étant née à l'aube, et celle-ci trouvant ma beauté équivalente à la lumière, elle choisi de me nommer Aurore. Mais un prénom est souvent suivit d'un second, et celui-ci, c'est mon père qui le choisi.. Ce fut Ange. Pourquoi ? Simplement parce qu'il avait tant espérer avoir une fille, qu'il voulu faire un hommage au ciel lui-même. J'ai donc hérité de la lumière et du paradis, le début de ma vie en fut d'ailleurs un, du moins pour l'époque.

    Unique fille du couple De Saint-Faye, je fus rapidement le centre d'attention, mais en retour, je devais être l'incarnation de la perfection, ainsi, dés mon plus jeune âge, je suivis des cours de piano, de violon, on m'enseigna la littérature, la poésie et l'histoire, tout comme la couture et la bonne tenue en société. Autant dire que mon emploi du temps n'était pas léger, mais après tout, je n'avais jamais rien connu d'autre, alors forcément je ne m'en plaignait pas, bien au contraire, vous rendez-vous compte de ce que cela signifiait ? J'étais riche, hautement estimée de part mon nom de famille, et d'après mon père, je devais rapidement avoir tous les hommes à mes pieds.

    Mon enfance fut plutôt calme, je passais mon temps à étudier, et si ce n'était pas le cas, je participais aux salons qu'organisait ma mère pendant que père chassait ou réglait des affaires importantes. Je montrais déjà des talents pour la comédie, faisant parfaitement semblant d'apprécier les femmes avec lesquelles je devais souvent passer mes après-midi, pourtant les rumeurs qu'elles colportaient m'insupportais, et parfois le temps me paraissait long, ce qu'elles ne purent jamais voir, bien évidemment. La tenue était de rigueur, et c'était tout ce que l'on me demandait.

    Ma vie était un conte de fée, enfin, c'est ce que je pensais en ce temps là, mais toutes les bonnes choses ont une fin, et celle-ci se rapprochait à grand pas. »


« .. Entre l'ignorance, la violence et l'ennui.. »
    « Je venais de fêter mes 12 ans, lorsque ma mère m'annonça que j'allais avoir un frère, certes, elle ne pouvait pas en être sûre, mais une de ses proches amies capable de lire dans les feuilles de thé le lui avait assuré, ainsi mère n'en doutait-elle pas.. Crédule, oui, mais ce sont les femmes de l'époque, après tout. La nouvelle ne m'enchanta guère, au départ, mais avais-je le choix ? Bien sûr que non, je ne fis donc aucun commentaire, et les journées qui suivirent, je les passa à jouer des airs tristes au piano.
    Après quelques mois, cela me paru presque naturel, les filles uniques ne courraient pas les rues, et cela ne me ferait pas de mal, je n'en perdrait pas ma place de petite princesse, puisque ce serait un garçon, et je voulais absolument que ça en soit un, j'aurais mal prit le contraire.

    Père était au petits soins pour mère, je trouvais cela tellement beau, tellement romantique.. C'est à cette période que je pris conscience de mes rêves, je voulais la vie de mes parents, ils semblaient tellement heureux, et peut-être pouvais-je faire mieux ? Oui, j'en étais persuadée. Toujours est-il qu'alors que je rêvais dans un coin du salon, le nez dans un livre, des cris de douleurs raisonnèrent dans tout le manoir, de quoi me glacer le sang.. Les bonnes qui travaillaient pour la famille s'affairaient, mon père faisant les cent pas était si nerveux que, d'en bas, j'entendais ses talons frapper le sol avec inquiétude. Que se passait-il ? Je ne comprenait pas, cela ne devait pas durer autant de temps. Curieuse, je finis par monter silencieusement les nombreux escaliers qui me séparaient de mes géniteurs, et lorsque j'entendis les cris de fureur de père, mon coeur se stoppa net.. Je venais de comprendre, du haut de mes douze années, que je ne reverrais jamais celle qui fut toujours mon modèle.

    Mon frère, car oui, c'était un garçon, ne survit pas plus de quelques jours, il fut donc enterré, et un rituel s'installa chez nous : celui de la visite au cimetière. Je ne savais jamais quoi dire, et père restait souvent silencieux, les yeux emplis de larmes qu'il ne laissa jamais couler. Désormais, j'étais la seule chose qu'il lui restait, et la femme de maison. « Mademoiselle » voulait ? « Mademoiselle » avait immédiatement. Il me cédait tout, mes moindres caprices, étrangement si peu nombreux, tout ce que je voulais ? Des livres ! Je m'évadais dans la lecture et rêvait d'un autre monde, d'un univers ou ma vie serait simplement plus libre.. J'atteins rapidement les 15 ans, âge plutôt redouté puisque souvent associé aux propositions d'accords, de mariages chez les De Saint-Faye.. Certes, je me montrait toujours obéissante et bien élevée, mais les temps avaient changés, et tout ce que je voulais c'était avoir le droit de courir dans les champs, jouer avec d'autres enfants de mon âge.. De la liberté, du rire, au lieu des larmes qui faisaient désormais parti de mon quotidien si monotone.

    A 15 ans, mon père, Charles, commença à vouloir m'enseigner les bases du commerce, des négociations et de la persuasion.. Il voulait que je puisse me débrouiller seule, et je ne su jamais réellement pourquoi, car après tout, ce n'était pas des choses qu'une dame devait savoir, au contraire, plus elles étaient ignorantes, plus elles étaient appréciées. Belle et silencieuse, c'est tout ce que l'on nous demandait, et moi, je serais différente, comme d'habitude. J'apprenais vite, j'ai toujours eu une excellente mémoire, c'est pourquoi j'étais très rapidement parvenue à maîtriser le piano, le violent, l'art et toutes les choses que l'on m'enseignait depuis ma naissance, et ce nouvel apprentissage ne me faisait pas peur, j'aimais savoir, j'aimais connaître et découvrir les mystères. La persuasion, pas très compliqué, il suffisait de jouer de mon physique, d'aguicher un peu et de faire les yeux doux à un homme pour en obtenir toutes les faveurs.. Il n'y avait pas de pratique, mais la théorie, je l'avais intégrée, ce ne serait donc pas très complexe. Pour le reste ? Je m'en accommoda tout aussi bien.. J'ignorais cependant ce qui était prévu pour la suite.. »



« Envole-moi, rempli ma tête d'autres horizons, d'autres mots ! »
    [justify]« J'étais instruite, peut-être trop, et père ne se rendit compte de son erreur que trop tard. Le Manoir commençait à tomber en ruine suite aux dettes qu'il avait accumulé, il fallait redorer le nom que nous portions, à présent sali par cette honte qu'est le fait de ne plus avoir une seule pièce d'or. Par chance je n'étais pas capricieuse, ainsi ne souffrais-je pas plus que cela de cette baisse de revenus, mais lorsqu'il commença à me parler d'un mariage arrangé pour sauver l'honneur, c'est une colère froide qui m'envahie.

    CHARLES_ « Voyons Aurore, tu sais bien que c'est la seule solution ! »
    AURORE_ « Non, non et non ! Je ne marierais pas avec un vieillard pour votre soit disant honneur ! Quelle importance ?! Vous voulez mon malheur, c'est cela ?! »
    CHARLES_ « Ne me parles pas sur ce ton, je suis encore ton père et je décide que tu rencontreras cet homme que tu le veuilles ou non ! »
    AURORE_ « Ah oui ? Je crains que vous n'ayez une surprise, père. Sur ce, bonne nuit. »

    Les discussions de ce genre, il y en eu un nombre aujourd'hui incalculable, se terminant toujours sur une note de politesse glaciale, sans jamais dépasser les bornes de la politesse, je n'aimais pas beaucoup me montrer impolie, l'éducation, que voulez-vous. Cela dura quelques temps, jusqu'à mes 17 années, pour être précise, là, je n'avais plus le choix, je devais choisir un mari, et je le savais très bien.. De toute façon, père n'avait plus de quoi m'entretenir convenablement, pourtant je me refusais à céder à cette vérité..

    Père me choisit donc un homme convenable, d'après lui, jeune, pour éviter que je me montrer assez désagréable pour qu'il refuse toute négociation.. Un grand brun aux yeux ténébreux, fils d'une famille de bourgeois.. Cependant je ne le vis jamais de mes propres yeux, pour une simple et bonne raison.. Je venais de décider que mes rêves seraient rapidement une réalité. Un soir, alors que la nuit était tombée depuis longtemps, je me suis décidée à fuir, sans prendre la peine d'emporter quoi que ce soit, si ce n'est des bijoux que je comptais revandre au plus offrant grâce à l'enseignement de celui qui fut autrefois mon père, mais qui en avait perdu le titre en me jetant dans les bras d'un être qui me répugnait rien qu'au nom qu'il portait.

    L'ennui dans ce genre d'entreprise ? C'est que l'on ignore toujours à quoi l'on sera confrontés..


« Minuit se lève, en haut des tours, les voix se taisent et tout devient aveugle et sourd. »
    « Je me suis vite perdue dans les rues de Paris, toutes semblables et pourtant si différente.. Croyez-bien qu'une jeune femme comme moi, des bijoux de familles autour du cou, ne risquait pas de passer inaperçue, surtout auprès de jeunes hommes à la recherche de sensations fortes et d'argent.. Je suis rentrée dans une ruelle à l'air plus délabrée que les autres, grave erreur.. S'en suivirent cris, bousculades, griffures.. Je ne me souviens pas de ce qu'il m'ont réellement fait, ma seule certitude, c'est que les blessures infligées furent si douloureuses que je finis à demi consciente, sur les pavés froid des bas quartiers. La suite ? Elle ne fut pas des plus réjouissante, mais j'ignore combien de temps je suis restée là, dans le noir, avant qu'une matière froide ne vienne me prendre dans ses bras, avec une étrange douceur.. Cette personne ? L'homme que j'avais refusé de rencontrer, il était loin d'être ce que j'avais imaginé, mais c'est grâce à lui que je vous compte ce récit aujourd'hui. La brûlure, l'incendie qui parcourut mon corps me sembla interminable après l'étrange baiser que je reçus dans le cou.. C'était atroce, mais je ne pouvais ni hurler ma souffrance, ni ouvrir les yeux pour en connaître la cause. J'étais piégée dans le noir d'un Enfers, je me croyais vraiment morte, imaginant le pire. Et si je devais surbir cela durant toute une éternité ? En réalité, l'Eternité dura cinq longues journées, cinq jours avant que l'incendie ne s'apaise pour s'éteindre, et que je puisse rouvrir les yeux sur le monde.

    Tout était identique, et pourtant totalement transformé, mon regard se balada autour de moi, se fixant, avec difficulté, sur le visage de l'homme brun dont la beauté me coupa tout d'abord le souffle. Après quelques instants de brouillard, je me senti capable de bouger, et l'énergie que je possédait semblait intarissable, incroyable. Il m'expliqua patiemment ce que j'étais devenu, ce qu'il m'était arrivé.. Un vampire, une race dont je fais à présent partit, avait voulu me protéger, mais j'avais fuit et il n'était pas arrivé à temps. Le manoir dans lequel il vivait ne fut rapidement plus un mystère pour moi, puisqu'il m'y hébergea quelques temps, et le premier jour fut un étrange choc. En passant devant le miroir de l'entrée, la surprise me fit faire un bon à reculons, la femme reflétée dans la surface froide n'avait plus vraiment grand chose à voir avec ce que j'étais cinq jours plus tôt. J'avais gardé ma longue chevelure blonde ondulée, mais elle avait un aspect plus soyeux plus doux qu'auparavant, mon visage, lui, semblait fait de porcelaine, d'une blancheur de neige à l'apparence fragile et au touché glacial. Mes yeux océans, eux, avaient cependant pris une teinte rougeoyante, ce qui m'inquiéta d'abord un peu mais aux dire de mon nouvel ami, cela ne devait pas durer., par la suite ils reprirent leur couleur naturelle, aussi étrange soit-il. Le reste de mon corps ? Une pure merveille, et malgré ma robe trouée en divers endroits, il me donnait l'apparence des plus grandes princesses de contes, pleine de grâce et de douceur, aussi attirante que les plus belles femmes que j'ai vu de toute ma vie.. N'étais-je donc pas digne de porter le nom des Saint-Faye ? A présent si, mais père ne me vit jamais plus.

    Durant les nombreuses années qui suivirent, je poursuivis mon instruction, assez incontrôlable, je me montrais têtue, bornée, parfois insolente et surtout séductrice.. J'aimais jouer, j'adorais m'attaquer à de nouvelles victimes masculines même si mon « protecteur » essayait de m'enseigner un régime végétarien, j'avais du mal à le suivre, et c'est d'ailleurs toujours le cas, résister pour moi est un supplice, surtout à la Seattle University ou j'ai fais mon entrée il y a peu. Lunatique et plutôt caractérielle, je me montre difficilement modelable, et il faut vraiment savoir me prendre pour que j'obéisse sans broncher. Mais mon attitude persuasive, parfois distante, souvent glaciale et toujours mystérieuse, cache un coeur d'or que je garde secret, j'ai de l'ambition, et ce n'est pas mon romantisme, la douceur dont je suis capable, ni ma générosité, qui m'empêcherons d'atteindre mes objectifs.. Je veux vivre libre, trouver l'homme tel que je l'imagine, et réussir ce que j'entreprends, en 110 ans, est-ce donc trop demandé ? Non, je ne crois pas..

    Voilà, cher ami.. Tu connais mon histoire.. Es-tu satisfait ? Qu'importe, dans quelques instant tu l'aura oublié.. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-sacrifice.kanak.fr
 
Aurore A. De Saint-Faye { Admine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis de marché - Marseille - crypte de l'abbaye Saint Victor - Lot 3 archéologie du bâti, lot 4 conservation-préventive décor
» Noix de Saint-Jacques à la vanille
» Saint Seiya Resin Statue, Athena Exclamation Attack
» [Manga] Saint Seiya - The Lost Canvas
» saint seiya toys forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Sweet Sacrifice ::. :: ADMINISTRATION OF THE FORUM :: Registre-
Sauter vers: